Images au hasard

Le Ribat es-Salam

ribhaLe Ribat es-Salam, ou Lien de la Paix, est né en 1979, à l’ombre du Monastère de Tibhirine, de quelques hommes et femmes bien enracinés dans l’Église, dont frère Christian et le père Claude Rault, qui ont voulu vivre une solidarité spirituelle avec l’Islam, vécue dans la prière.

 

Ce lien spirituel revêtait une double dimension, celle d’une présence à l’Islam comme chemin spirituel nourri du Coran et de la Tradition musulmane, et celle d’une présence aux croyants de l’Islam, plus particulièrement aux humbles et aux petits et avec lesquels se nouaient de véritables liens spirituels dans l’estime réciproque.
En octobre 1980, des membres de la confrérie musulmane des Alaouiyines, d’obédience soufie, se joignent au Ribat. Leur nombre était variable et atteignait parfois 9 ou 10 personnes rendant le groupe parfaitement équilibré au niveau de la mixité religieuse.
Cette expérience du Ribat s’est greffée, dans ses débuts, sur la tradition monastique. D’année en année, les membres du Ribat sont devenus plus proches de la communauté des moines qui a toujours porté dans sa prière la vocation du Ribat. Trois des frères en ont été membres : Christian, Michel et Christophe.


« Comment concrétiser notre volonté de communion ?
Comment exprimer, ensemble, la quête de Dieu dans notre existence commune ?

- Laissons-nous interpeller, désinstaller, enrichir par l’existence de l’autre ; écoutons-le ; cherchons à mieux comprendre sa tradition religieuse telle qu’il la vit.
- Restons ouverts à tout ce qui nous fait proches au chemin de la foi, partageant l’espérance de cette unité que Dieu promet à nos différences. Revêtons-nous de sa patience dans cette démarche.
- Dans cet esprit, ayons le souci de promouvoir des groupes – si modestes soient-ils – de prière et de rencontre entre hommes et femmes sincères et bienveillants.
- Dans nos relations quotidiennes, prenons ouvertement le parti de l’amour, du pardon, de la communion, contre la haine, la vengeance, la violence qui nous atteignent tous actuellement. Entrons ainsi dans l’attitude du Dieu de tendresse et de miséricorde qui est avec tout homme souffrant.
- Croyons au don de la PAIX que chacun porte en soi, pour soi, pour le monde entier. Apprenons à la contempler par-delà les apparences. Qu’elle soit pour nous source de joie, de confiance et de persévérance dans le lien qui nous tient. »

Propositions concrètes, extrait d’un texte rédigé par les membres du Ribat es-Salam en 1995, Bulletin du Ribat es-Salam n°22, 1995.